La tresse africaine, explication et conseils

publicités

Lorsqu’on souhaite se faire une coiffure un peu originale, plusieurs options s’offrent à nous, qu’on choisisse de s’attacher les cheveux en queue de cheval ou qu’on opte pour un joli chignon. Les tresses, elles aussi, sont une bonne manière de réaliser une coiffure sophistiquée. À trois brins, à quatre brins, collées au crâne ou libres, les tresses sont multiples et permettent de créer une multitude de coiffures. Parmi les tresses les plus élégantes et les plus raffinées, on retrouve la tresse africaine. On vous explique aujourd’hui ce qu’est une tresse africaine et on vous donne nos meilleurs conseils pour la réaliser.

Qu’est ce qu’une tresse africaine ?

Le terme de tresse africaine regroupe plusieurs genres de tresses. La tresse à laquelle nous nous intéressons aujourd’hui est une tresse à trois brins, ressemblant à la tresse classique mais dans laquelle on incorpore progressivement d’autres mèches de cheveux.

Cette tresse qui est en général unique se fait avec l’intégralité de la chevelure et donne l’illusion que la tresse a été réalisée avec une multitude de brins différents. C’est en réalité l’ajout progressif de cheveux aux mèches sur lesquelles on travaille déjà qui donne ce si joli aspect. Cette tresse est relativement fixe et est tressée presque collée au crâne.

Quel genre de coiffure peut-on réaliser avec des tresses africaines ?

On fait en général, avec l’ensemble des cheveux, une seule et unique tresse africaine qui part du sommet du crâne et qui descend le long du cou. La tresse est le plus souvent réalisée au centre de la tête. La tresse africaine permet pourtant de réaliser une multitude de coiffures bien différentes de celle que nous venons d’aborder.

Il existe ainsi des coiffures réalisées non pas avec une, mais avec deux tresses africaines, qui vont de l’avant à l’arrière du crâne, chacune sur un côté de la tête. Les tresses africaines peuvent aussi être réalisées le long des tempes et, là aussi, passer de l’avant à l’arrière de la tête. Certains grands classiques comme la tresse sur le côté ou encore la tresse couronne peuvent être revisités en choisissant de faire une tresse africaine à la place de la tresse traditionnelle. Il existe aussi d’autres types de coiffures qui nécessitent parfois de faire plein de petites tresses de la sorte.

Comment faire une tresse africaine ?

La tresse africaine peut parfois sembler plus difficile à réaliser qu’une tresse classique surtout lorsqu’on doit la faire seule sur ses propres cheveux et à l’arrière de la tête. Il est vrai que cette technique nécessite un peu de dextérité mais celle-ci s’obtient très facilement avec de l’entraînement.

Pour réaliser une tresse africaine classique, il faut bien brosser ses cheveux vers l’arrière puis sélectionner une mèche sur le sommet de la tête. Cette mèche doit être divisée en trois brins de taille égale puis tressée comme on le fait avec les tresses habituelles. Progressivement, il faudra sélectionner de nouvelles mèches de part et d’autre de la tête qu’on viendra ajouter au brin déjà existant et dont c’est le tour d’être tressé. Inutile de préciser qu’à ce stade, si les cheveux ne sont pas parfaitement démêlés, l’opération risque d’être compliquée.

Vous pouvez choisir de sélectionner de nouvelles mèches fines ou bien un peu plus épaisses selon l’aspect que vous voulez donner à votre tresse. Lorsque vous êtes en phase d’apprentissage, mieux vaut sélectionner de grosses mèches car la tresse sera moins longue à terminer. Une fois que toutes les mèches ont été prises, vous pouvez terminer votre tresse comme une tresse normale. Si vos premières tentatives ne sont pas concluantes ne vous découragez pas : les premières tresses sont comme les premières crêpes, on ne les réussit pas du premier coup. Il faudra donc faire preuve de patience.

publicités